Mon avis de Coach Agile sur… les estimations

Avec celui-ci, je débute une série d’articles sur mes réflexions sur l’Agilité. Sans prétention, je les partage avec celles et ceux qui voudront bien prendre le temps de les lire.

Par cette nouvelle initiative, je trouve intéressant que les professionnels de l’Agilité, les Coaches Agile entre autres, partagent leur point de vue, ceci pour créer de l’émulation à l’apprentissage et susciter la discussion afin de progresser ensemble. So, here we go !

Alors, quel est mon avis sur les estimations en agilité ?

De par mes expériences passées, ma vision du monde me fait aboutir à la croyance suivante… l’estimation d’une User Story en elle-même n’a pas d’intérêt.

Pourquoi ?

Que l’équipe utilise une unité de mesure fixe (par ex. des jour/homme => je sais, c’est très mal en Agilité de parler en jour/homme), ou une unité relative (par ex. suite de Fibonacci, ou Tailles de tee-shirt), elle estimera l’effort à produire pour la User Story. Ceci dans le respect du Definition of Done (DdD) et cela donnera, au final, une « valeur ».

Ok… et quelle fiabilité aura cette « valeur » ? Aucune !

Au mieux, l’équipe pourra raisonner ainsi : si je me  base sur les données provenant des activités passées de notre équipe, je peux espérer estimer l’effort à produire pour l’US X, en faisant si besoin une référence à une ancienne US Y qui me paraît être du même gabarit. Ce raisonnement est logique, et pourrait tenir pour du bon sens, ceci bien sûr… si les conditions de mon environnement sont exactement identiques. Or c’est bien là que le bât blesse ! L’Humain, ses relations interpersonnelles, et son environnement étant complexes, si vous mettez exactement les mêmes ingrédients et les mêmes conditions et que vous rejouez l’expérience, il y a une forte probabilité qu’elle ne se terminera pas de la même façon. Pourquoi ? Parce que dans un monde complexe, bien heureux qui pourra prédire l’avenir avec une boule de cristal ! Par essence même de la complexité, une infinité d’aléas pourront émerger et changer la donne. Ce ne sera que « normal » dans ce monde complexe. Donc sur le papier, les ingrédients et les conditions sont exactement les mêmes et, en réalité, ce ne sera pas le cas et ne serait-ce qu’un unique aléa va venir bousculer les certitudes de l’instant T !

Donc, les estimations sont faussées ! J’ai coutume de dire aux équipes agiles : « L’estimation devient obsolète dès le moment où elle a été formulée ».

Alors pourquoi en tant que Coach Agile, tu préconises aux équipes de continuer à estimer ?

La plus importante raison est la suivante :

Les échanges entre les membres de l’équipe agile au sujet d’une US. Ces échanges vont amener des questions, des précisions, des angles de vue différents, des alternatives, des prises de conscience, etc… Et la plus-value de cette phase d’échanges au sujet de l’US (estimating) réside en cela : réduire le cône d’incertitude ! 

J’avais lu un article d’Esther Derby (https://www.estherderby.com/estimating-is-often-helpful-estimates-are-often-not/) qui m’avait permis de comprendre cela. Elle disait : « Estimating is often helpful. Estimations are often not.« 

Parmi les autres raisons que je pourrais citer, je dirais :

  • ça donne l’occasion à l’équipe de travailler son « team building »
  • ça rassure ! Les Humains ont un fort besoin d’être rassurés et de simplifier le complexe pour le faire entrer dans des cases ! ça diminue le sentiment de peur !. Qui ça rassure ? Les membres de l’équipe agile, les stakeholders, les managers, etc… Toutes les personnes qui veulent mettre de la rationalité là où il n’y en a pas. Je n’étais pas un grand fan de Jacques Chirac et pourtant, j’ai retenu une de ses phrases : « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient !« 

Au final, je pourrai résumer mon avis sur les estimations à cela : « Estimations are still fake, but above all, please keep on doing them !« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *