Libérée, délivrée…

Ton petit nom, c’est Entreprise libérée ?

  • Libérée, délivrééééée, je ne mentirais plus jamais….
  • Euh, là je crois que tu te laisses un peu trop aller. Sans doute, un reste du dernier goûter de ta fille avec ses copines !
  • Ok, ok, je me recentre. De quoi voulais-je te parler au juste ? Ah oui, du nom des organisations où les personnes s’auto-gèrent, se font confiance, sont bienveillantes, ont travaillé sur la vision/les valeurs, ont raccourci la pyramide, fonctionnent en Intelligence Collective, voire même avec l’Intelligence Émotionnelle, deviennent Agile… Ça y est, j’ai retrouvé le fil : c’est le mouvement des Entreprises Libérées…
  • Libérée, Délivréééééé…
  • AH NON, STOP !
  • Bon ok, les Entreprises Libérées donc. Drôle de nom, tu ne trouves pas ?
  • Le 1er a l’avoir utilisé est Tom Peters, en 1993, dans son livre « L’entreprise libérée. Libération management »1. Ensuite, c’est Isaac Getz et Brian M. Carney qui ont repris et popularisés ce nom dans leur livre « Liberté & Cie »2 :

Liberté & Cie d'Isaac Getz et Brian M. Carney

  • Entreprises Libérées, libérées ? Mais pour libérer quoi d’ailleurs ?
  • Les personnes de l’entreprise, peut-être ? Mais ce serait trop simpliste, je crois comme réponse.
  • Alors, la question deviendrait plutôt pour libérer qui ? Des ressources humaines ? Bon sérieux, tu l’as lu ce bouquin ? Oui, bon alors répond correctement stp. Y’en a qui prenne le temps de t’écouter alors faudrait voir à assurer un minimum…
  • Ok, j’y vais mais franchement t’as pas trop d’humour… Alors voilà, si tu crois que le nom Entreprises Libérées ça signifiait qu’on libérait des ressources humaines, il y a de grandes chances que tu te trompes. A mon avis, Getz et Carney ont voulu surtout dire que dans ces organisations ce n’était ni l’entreprise, ni les personnes, qui d’ailleurs n’étaient pas en prison, qu’on libérait.
  • Alors, qu’est-ce qu’on libère dans ces organisations ?
  • L’énergie, la motivation, l’engagement, la créativité, l’Intelligence Collective, l’Agilité du collectif.
  • Alors le terme qu’ils ont choisi serait ambigu ?
  • Ben disons qu’il est polémique. D’ailleurs c’est peut-être pour ça qu’il a été choisi, pour ne pas laisser indifférent, pour créer le buzz et attirer l’attention.
  • C’est vrai ça, si je suis dirigeant d’entreprise et que je vois des personnes arriver et dire qu’elles vont libérer l’entreprise, je pense direct à une manif syndicale. Par contre, quand tu m’expliques, ça a l’air moins chelou. Au fait, et pourquoi le mot Entreprise ?
  • Encore une imprécision parce que ce mouvement ne concerne pas uniquement les entreprises mais également les organismes publics. Au final, il aurait été plus opportun d’utiliser Organisation au lieu d’Entreprise.
  • Ça fait pas de mal la précision.
  • Tu sais pas le pire, y’a un autre gars, Frédéric Laloux qu’il s’appelle, et bien lui il a écrit un autre bouquin
  • Ah lui aussi ? Y font que des bouquins ces gens ?
  • Non, y’en a d’autres qui font des blogs aussi pour expliquer, populariser des concepts.
  • Ad’mettons ! Et il dit quoi ce Frédéric Chelou ?
  • Non mais, je ne te permets pas ! C’est pas Chelou mais Laloux et il a écrit un bouquin formidable : Reinventing Organizations3

Reinventing Organizations de Frédéric Laloux

  • Ah ! Et il raconte quoi lui ?
  • Lui, il parle de Teal Organization en anglais ou Organisation Opale en français
  • Pourquoi Opale ?
  • Bon là, à vue de nez, si je devais t’expliquer ça en détails faudrait au moins un autre article du blog. Pour résumer, l’espèce humaine a évolué au fil du temps. Il y a eu plusieurs stades d’évolution et le plus avancé serait le stade Opale.
  • Ben tu vois, faut pas un autre article, je comprends vite moi !
  • Je t’ai fait un méga raccourci. Ce que dit Laloux, c’est qu’à chaque changement important, à chaque stade d’évolution, les organisations humaines se sont adaptées également.
  • Ok, et lui il appelle « Til Organisation » ce que Getz appelle « Entreprise Libérée »
  • Oui mon pote, t’as tout compris.
  • Faut pas croire, j’ai de la ressource… humaine !
  • Je vois ça.
  • Et il y a d’autres noms ?
  • Société à Responsabilité Augmentée (SARA), Entreprise Éclairante, Entreprise Responsabilisante…
  • Trop de noms ! Ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un seul nom ?
  • C’est exactement cela. Chacun y va de son petit nom. Tiens, même moi j’avais trouvé un autre nom : Organisation à Energie Positive
  • Comme pour les nouveaux logements ?
  • Presque… N’empêche, c’était pour faire la différence avec les organisations classiques, pyramidales, qui elles sont des organisations qui perdent tellement d’énergie dans leurs processus, dans l’absence de sens et d’engagement, dans les organigrammes longs comme la tour Eiffel, les jeux de pouvoir entre personnes, les silos, etc… sont forcément des organisations à énergie négative.
  • Et toi dans ta petite tête, tu as pensé à : Organisation à Energie Positive.
  • Oui, au final, ces organisations reviennent à l’essentiel. Elles fonctionnent comme des organismes vivants pour s’adapter à leur environnement. Pendant que les organisations classiques font des budgets pluriannuels, les organisations à énergie positive elles font des petits pas, avec humilité, et s’adaptent constamment en utilisant leur Intelligence Collective pour innover et produire de la valeur. J’avais même pensé à un autre nom pour le mouvement : l’Orga Ecologie.
  •  Ah l’autre, hein ! T’as fait un gros copier-coller de Pierre Rabhi et son Agro Ecologie.
  • Ben finalement, ce n’est pas si loin que ça en philosophie. Les Entreprises Libérées font évoluer leur culture pour changer la relation avec leur environnement, en interne comme en externe.
  • Ouais, pourquoi pas, ça pourrait tenir la route ton argument.
  • Et toi, au final, quel nom tu préfères dans tout ce maelstrom ?
  • Ah, le nom qui me fait kiffer, c’est Jacques Lecomte qui l’a mis dans son titre : Les Entreprises Humanistes4.

Les Entreprises Humanistes - Jacques Lecomte

  • Bon, j’aurai bien changer le nom en « Les Organisations Humanistes » histoire d’englober tout le monde, mais le mot « Humaniste » ça fait rêver, non ?
  • Ouais, c’est pas mal du tout. J’adhère.
  • Dans le mot « Humaniste », il y a évidemment « Humain » mais j’entends aussi le murmure du mot « Altruiste » qui chante à mes oreilles. Au final, je crois qu’à partir de maintenant, je vais utiliser ce terme : « L’Organisation Humaniste« . Et toi ?

1 : Peters (1993), L’entreprise libérée. Libération management. Paris : Dunod

2 : Getz & Carney (2013), Liberté & Cie. Paris : Flammarion – Champs Essais

3 : Laloux (2015), Reinventing Organizations. Paris : Diateino

4 : Lecomte (2016), Les entreprises humanistes. Paris : Les Arènes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *